loading

Le Blog

23
Déc

Organiser une formation novatrice – l’envers du décors

La fin de l’année 2013 se rapproche, c’est le bon moment pour un retour arrière et un partage des apprentissages.

2013 m’a permis d’aboutir mon premier projet à la fois passionnant et rémunérateur : 1ère formation en France avec Donald Reinertsen. Ce projet n’était pas gagné d’avance, je me suis lancé avec la profonde conviction que les travaux de Don permettent de dépasser certaines limites des transformations Agiles et / ou Lean classiques. En effet, ses travaux permettent de parler le « langage du business » pour promouvoir un  flux de travail à la fois rémunérateur et équilibré.

Faire-savoir sans marketing, c’est possible !

L’objectif initial a été de trouver suffisamment de participants pour atteindre l’équilibre financier. Mes moyens étant très limités, il m’a fallu imaginer une solution pour faire connaître cette formation alors même que Don est très peu connu en France. Je me suis donc permis de contacter les Agilistes français les plus susceptibles d’être intéressés par ses travaux pour leur proposer des coupons de réduction à distribuer à leurs contacts, en échange de quoi, je leur offrais une réduction très attractive. L’effet escompté était de toucher le réseau de ces influenceurs dans un échange transparent et équilibré.

Cette approche a fonctionné en terme de faire-savoir en France, mais étrangement aucun des coupons que j’avais distribué n’ont été utilisé, alors même que certains d’entre eux étaient disponibles sur les blogs. J’en conclus que mon hypothèse de départ peut être affinée : les influenceurs ont la capacité à démultiplier le « faire-savoir », mais pas à vendre des places, même avec des réductions.

Je constate que les influenceurs m’ont soutenu (faire-savoir) sans même bénéficier de contre-partie, et que la contre-partie proposée n’a pas suffit à les inciter à vendre des places pour la formation. Si c’était à refaire, j’explorerais 2 nouvelles pistes : faire bénéficier d’une contre-partie uniquement pour le faire-savoir, améliorer la contre-partie pour inciter à vendre.

Penser marché français et pourquoi pas plus loin ?

Lors de l’événement Kanban Leadership Retreat, en discutant avec Dimitri, je me rends compte que jusqu’à présent je pensais local : la France. Et pourquoi pas au-delà ? Pourquoi ne pas le proposer à la communauté Kanban internationale ? J’ai donc proposé à quelques  acteurs majeurs, comme Troy Magennis, Jabe Bloom, Mike Burrows ou Zslot Fabok, un coupon de réduction pour participer à la formation avec Don Reinertsen. Ils semblaient intéressés, il me restait à croiser les doigts pour que les premiers participants achètent leur place ! En effet, après avoir pris la décision début mai 2013, fin juin, je n’avais toujours aucun participant fermement inscrit.

Je m’étais fixé comme objectif 3-4 inscrits avant mon départ en vacances fin juillet. Mi-juillet toujours rien… Puis surprise, le premier achat vint de Hong-Kong ! La publication de l’événement sur le site de Don Reinertsen n’y était pas pour rien. Mon blog ainsi que la page Weezevent de l’événement était maintenant visitée depuis les Etats-Unis, de l’Asie, de toute l’Europe et de l’Amérique latine. L’objectif de fin juillet fût atteint de justesse, mais je n’y serais jamais arrivé en continuant de penser local ! A l’avenir, pour des formations de ce type, dès le départ je penserais l’événement mondial.

Quand la protection contre l’incertitude bloque les possibles.

Cherchant à éviter de perdre de l’argent sur cette formation, j’avais posé l’option de l’annuler si je n’arrivais pas à réunir au moins 12 participants. Mais maintenant que l’événement intéressait des personnes du monde entier, cette option bloquait les possibles, en effet comment acheter une place, prendre des billets d’avion et réserver un hôtel sans être certain que la formation allait avoir lieu ? Nous étions début septembre, 6 inscriptions fermes et environ une vingtaine de personnes intéressées mais qui n’étaient pas encore sûres de venir.

La solution fût d’obtenir le soutien de Don Reinertsen et son accord pour assouplir son modèle de facturation. Ce soutien n’aurait probablement pas été possible si j’avais construit une relation basée uniquement sur le business. Dans notre cas, la relation est avant tout basée sur notre passion commune pour des organisations meilleures. En effet, j’échange depuis longue date avec lui à propos de son livre et même de l’opportunité d’éditer son livre en français, et ce bien avant d’explorer l’organisation de sa formation en France. Cette expérience confirme et renforce ma conviction de ne pas construire du business pour du business, mais de bâtir les relations professionnelles sur la complémentarité des passions.

Happy End

Tout cela a fait que la formation a réuni, pour cette première en France, 16 participants du monde entier. Les 2 jours ont permis d’approfondir la notion de coût du délai et les principes du flux, de bien manger dans des lieux agréables et propices à la discussion, et d’avoir un aperçu des superbes rues de Paris.

Encore en contact avec certains participants, je sais que les coûts du délai progressent et vont envahir prochainement quelques organisations. Je ne savais pas si il y avait une demande pour une seconde formation en France en 2014 avec Don Reinertsen mais à ce jour, j’ai déjà 5-6 personnes qui semblent intéressées. Si vous êtes intéressées, n’hésitez pas à me le faire savoir, soit en commentaire de cet article, soit via Twitter @alexis8nicolas, soit encore par email alexis8nicolas at yahoo dot com.

Bonnes fêtes de fin d’année

Commentaires ( 2 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *