loading

Le Blog

06
Fév
SBLSS book cover

Lean Six Sigma est mort – vive le Strength-Based Lean Six Sigma !

Venez le découvrir par la pratique le 4 juin de 17h à 19h à Paris suivi d’un pot pour échanger.

Il était une fois une entreprise japonaise de voitures qui faisait preuve d’une authentique capacité à s’améliorer en continu et à gagner des parts de marché. Des chercheurs américains intrigués par ces succès se mirent en quête d’en comprendre les fondements. Le Lean était né, et a continuer à grandir au sein du Lean Enterprise Institute. Le LEI a ses penseurs, ses chercheurs, ses consultants et incarne une autorité reconnue, très pertinente dans l’analyse et la pédagogie de ce qu’est le Lean. Pour le résumer en une phrase, l’entreprise japonaise le faisait ainsi :

Good Thinking, Good Products (Une pensée juste, De bons produits)

Des cabinets de conseil en stratégie ont commencé à s’inspirer de ce Lean, en y associant également le Six Sigma, pour constituer une immense boîte à outils pouvant révolutionner le monde, à condition d’en payer le prix. Ce dernier n’étant pas que financier, amenant son lot de désolations à en croire les articles qui ont fleuri ici et là, particulièrement en France. C’est le risque que l’on prend quand on oublie la source, la culture, l’intention et que l’on privilégie l’outil.

Le Lean Six Sigma est mort

La désolation, relayée par les médias, a fait son œuvre. Aujourd’hui il faut bien l’admettre, associer le nom de son entreprise au Lean n’est plus synonyme de leadership ou d’avant-gardisme et porte même une connotation négative qui peut rejaillir sur son image de marque ! C’est triste pour tout l’excellent travail fourni par ces chercheurs : difficile de décrypter le fonctionnement d’une entreprise à succès. C’est triste aussi pour tous ces consultants qui ont su rester proche de la source, de l’approche, de l’esprit « Good Thinking, Good Products ».

Pourquoi 98% des programmes Lean échouent ?

Non je ne vais pas réécrire l’excellent travail de Jeffrey Liker et Mike Rother du LEI. Ce papier clarifie que le Lean, définit comme la façon dont cette entreprise de voitures arrive à s’améliorer en continu, n’est surtout pas qu’un ensemble d’outils, mais bien une culture.

Trois façons d’augmenter les 2% qui réussissent

  1. Se concentrer sur la transmission d’une culture de l’amélioration continue. C’est selon moi le chemin emprunté par Mike Rother, mais aussi par la méthode Kanban de David J. Anderson
  2. Se concentrer sur les fondements économiques scientifiques adaptés au contexte. Les connaisseurs reconnaîtront le travail de Don Reinertsen dont vous trouverez une interview sur InfoQ FR
  3. Se concentrer sur la nécessaire dimension respectueuse du changement. C’est ce qui a émergé sous le terme de Strength-Based Lean Six Sigma, notamment en revisitant les méthodes originelles à la lumière des démarches reposant sur les forces (Appreciative Inquiry, Solution Focus, etc.)

Kanban est une approche que j’apprécie et que j’utilise dans les contextes appropriés. Très intéressé par le travail de Don Reinertsen, je m’attache à faire connaître son travail en France, tout en l’apprenant moi-même pour pouvoir l’utiliser correctement. Formé récemment à l’Appreciative Inquiry, je trouve particulièrement pertinent le travail de David Shaked de combiner ces approches fondées sur les forces, aux outils du Lean Six Sigma.

Vive le Strength-Based Lean Six Sigma !

Ayant la chance de connaître David, et dans la continuité de mon effort d’ouvrir les possibles pour des organisations en recherche de ruptures positives (j’aurais aussi pu écrire « rupture douce » en clin d’œil au travail de Laurent Sarrazin), nous avons pensé organiser un atelier animé par David pour découvrir et apprendre son travail décrit dans son livre. N’étant pas une multinationale de la formation, difficile de créer une offre sans demande !

Alors si vous avez lu jusque là, n’hésitez pas à remplir ce court sondage ! Note SBLSS = Strength-Based Lean Six Sigma.

[polldaddy poll=7775260]

Votre réponse ne vous engage en rien, mais me permet d’en savoir plus sur l’appétit de découverte d’approches innovantes, profondément respectueuses et, selon moi, avant-gardistes en France. N’aimant pas moi-même être sollicité directement, vous ne recevrez aucun email de ma part par la suite, à vous de rester à l’écoute via Twitter, LinkedIn ou ce blog ;o)

Pour en savoir un peu plus sur SBLSS

Commentaires ( 1 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *